Vermont Folklife Center - Digital Archive

AU1998-1070-012 -- Aujourd'hui comme vous savez (first line)



Aujourd'hui comme vous savez j'suis la mère de quinze enfants

Et moi qui viens d'avoir tout juste cinquante ans

Comme c'est toutes des filles que j'ai ça m'coûte cher en bedeau!

Pour leur donner ce qu'il leur faut

Je m'arrache la laine sur l'dos

C'est des toilettes c'est des chapeaux

C'est des bottines avec des talons hauts

Oh! Bonne femme, Oh ! bonne femme, j'en ai plus qu'il m'en faut

C'est des bas de soie l'été, l'hiver

Plus ils sont longs plus ça coûte cher

Pauvre bonne, femme, pauvre bonne femme, j'en vois presque plus clair

 

Et puis quand vient l'jour de l'an

Leur faut toute un manteau, en mouton de Perse ou d'Afghan

Enfin tout c'qui a de plus beau

Tandis que moi tout ce qu'on me donnera

Pour mes étrennes c'est une paire de bas

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme. C’t'encore moi qui paiera.

Je ne peux pas les empêcher d'avoir des distractions

Y en a qui sont d'âge de recevoir les garçons

Comme elles sont pas pour rester vieilles filles tant qu'elles vivront

J'aime bien mieux comme de raison qu'elles s'amusent à la maison

 

Et quand vient le soir, les cavaliers

Y en a partout de la cave au grenier

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme, moi j'm'assis dans l'escalier

Y en a des noirs, y en a des blonde

Y en a des courts. y en a des longs

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme, Y en a plein la maison

Et puis quand arrive le temps de s'en aller chez eux

Ils commencent par ficher l'camp quand y sont ben décidés

Tandis que moi, j'me casse le cou.

Assis dans l'coin à cogner des clous.

Pauvre bonne fremme,pauvre bonne femme, j'changerais job pour trente sous

Dublin Core

Title

AU1998-1070-012 -- Aujourd'hui comme vous savez (first line)

Description

Excerpt from interview of Alberta Gagné (TC1998-1070-012) by Martha Pellerin. Part of a project (VFC1998-0007) on Franco-American song in New England funded by the Vermont Folklife Center and undertaken by Pellerin. Interview is one in a series of six conducted between 1995-01-09 and 1995-12-06 as an effort to document the French language song repertoire of Gagné.

Source

VFC1998-0007 Martha Pellerin Collection. TC1998-1070 interview with Alberta Gagné. Vermont Folklife Center Archive, Vermont Folklife Center, Middlebury, Vermont, United States of America.

Date

Rights

Copyright (c) Vermont Folklife Center

Relation

Full Interview: vfc1998-0005_tc1998-1070

Language

fra

Identifier

vfc1998-0007_tc1998-1070-002a_001

Song Item Type Metadata

Local Title

Aujourd'hui comme vous savez

First Line

Aujourd'hui comme vous savez j'suis la mère de quinze enfants

Transcription

Aujourd'hui comme vous savez j'suis la mère de quinze enfants

Et moi qui viens d'avoir tout juste cinquante ans

Comme c'est toutes des filles que j'ai ça m'coûte cher en bedeau!

Pour leur donner ce qu'il leur faut

Je m'arrache la laine sur l'dos

C'est des toilettes c'est des chapeaux

C'est des bottines avec des talons hauts

Oh! Bonne femme, Oh ! bonne femme, j'en ai plus qu'il m'en faut

C'est des bas de soie l'été, l'hiver

Plus ils sont longs plus ça coûte cher

Pauvre bonne, femme, pauvre bonne femme, j'en vois presque plus clair

 

Et puis quand vient l'jour de l'an

Leur faut toute un manteau, en mouton de Perse ou d'Afghan

Enfin tout c'qui a de plus beau

Tandis que moi tout ce qu'on me donnera

Pour mes étrennes c'est une paire de bas

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme. C’t'encore moi qui paiera.

Je ne peux pas les empêcher d'avoir des distractions

Y en a qui sont d'âge de recevoir les garçons

Comme elles sont pas pour rester vieilles filles tant qu'elles vivront

J'aime bien mieux comme de raison qu'elles s'amusent à la maison

 

Et quand vient le soir, les cavaliers

Y en a partout de la cave au grenier

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme, moi j'm'assis dans l'escalier

Y en a des noirs, y en a des blonde

Y en a des courts. y en a des longs

Pauvre bonne femme, pauvre bonne femme, Y en a plein la maison

Et puis quand arrive le temps de s'en aller chez eux

Ils commencent par ficher l'camp quand y sont ben décidés

Tandis que moi, j'me casse le cou.

Assis dans l'coin à cogner des clous.

Pauvre bonne fremme,pauvre bonne femme, j'changerais job pour trente sous

Interviewer

Original Format

sound cassette (analog)

Citation

“AU1998-1070-012 -- Aujourd'hui comme vous savez (first line),” Vermont Folklife Center Digital Collections, accessed September 17, 2014, http://www.vermontfolklifecenter.org/digital-archive/collections/items/show/379.