Vermont Folklife Center - Digital Archive

AU1998-1075-004 -- Je suis une nature très accommodante



AG: Cellesla c'est « Je suis une nature tres accommodante ».

 

 

[BEGIN SINGING]

 

Je suis une nature très accommodante

Je n'est pas le trait de vexer les gens

Ainsi, par me bonne reconcilience

Je passe pour ungarcon très intelligent

Quant j'étais tout petit un jour mon papa

Pour me faire plaisir il me demanda

Veux-tu que j't'achète un 'tit frère

Non, que je repond, bon p'tit père

Alors il dit avec douceur

T'accepterais bien une 'tite soeur

Et comme je n'disais rien du tout

ll m'dit: Voyons faut me dire ton goût

Alors, moi, pour pas le vexer

Je lui dit que je ne suis point fixer

Alors si cela vous êtes egal

J'aimerais mieux qu vous achetiez en 'tit cheval

 

Ce qui l'y a de plus embettant

C'est dans les collines, la j'ai fait mon tour de chant

Je suis si beau garcon, que tout' les actrices

Viennent me faire la cours, c'est bien embêtant

ll y en avait une encore hier au soir

Tachant de m'entrainer dans son p'tit boudoir

Viens chéri c'est toi que j'aime

Je lui dis passe parmi carême

Et bien, si tu m'aimes pas Ferland

J'voudrais bien tu m'estime pourtant

Et comme je ne disais rien du tout

Mais voyons faut me dire ton goût

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dis faut pas vous tracasser

Oh Mademoiselle tranquilisez-vous

Je vous estime toujours au mcins de trente cinq sous

 

Comme je vois qu'il faut faire des économies

Mes entretiens, je ne depense pas beaucoup

Je vais voir une p'tite fille qui est très bien mise

Une petite cocotte qui m'coute des prix de fous

Et pour ses étrennes du premier de Janvier

Elle me dit mon cher, quoi ! vas-tu m'payer

Achète moi des étrennes utiles

ll ira pour une automobile

ou bien, si tu ne veux pas, Ferland,

Achètes-moi une montre en argent.

Et comme je ne disais rien du tout.

Mais voyons faut me dire ton gout

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dis je viens de m'faire raser

Si tu veux des étrennes, moura

Prend le poil de ma çarbe, ça fera toujours ga.

 

Un jour j'étais en visite

Au taubourg, c'était dans un grand salon

Et Madame La Bayonne, une femme de mérite

Faisait les honneurs de toute la maison

Et just' au moment où on premait le thé

Elle me dit d'un air pleine d'immobilité

Mon Dieu vous avez froid peut-être

Désiriez-vous que j'ferme la fenêtre

Ou bien si vous préférez mieux

J'peux termer la porte du milieu

Et comme je ne disais rien du tout

Mais voyons faut m'dire vot' goût

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dit d'un air bien empressé

Oh Madame, je ne désire pas que vous fermiez tout cela

Fermez done vot' gueule, et moi ça suffira.

 

[END SINGING]

 

Dublin Core

Title

AU1998-1075-004 -- Je suis une nature très accommodante

Description

Excerpt from interview of Alberta Gagné (TC1998-1075-004) by Martha Pellerin. Part of a project (VFC1998-0007) on Franco-American song in New England funded by the Vermont Folklife Center and undertaken by Pellerin. Interview is one in a series of six conducted between 1995-01-09 and 1995-12-06 as an effort to document the French language song repertoire of Gagné.

Source

VFC1998-0007 Martha Pellerin Collection. TC1998-1075 interview with Alberta Gagné. Vermont Folklife Center Archive, Vermont Folklife Center, Middlebury, Vermont, United States of America.

Date

Rights

Copyright (c) Vermont Folklife Center

Relation

Full Interview: vfc1998-0005_tc1998-1075

Language

fra

Identifier

vfc1998-0007_tc1998-1075-001a-004

Song Item Type Metadata

Supplied Title

Je suis une nature très accommodante

First Line

Je suis une nature très accommodante

Transcription

AG: Cellesla c'est « Je suis une nature tres accommodante ».

 

 

[BEGIN SINGING]

 

Je suis une nature très accommodante

Je n'est pas le trait de vexer les gens

Ainsi, par me bonne reconcilience

Je passe pour ungarcon très intelligent

Quant j'étais tout petit un jour mon papa

Pour me faire plaisir il me demanda

Veux-tu que j't'achète un 'tit frère

Non, que je repond, bon p'tit père

Alors il dit avec douceur

T'accepterais bien une 'tite soeur

Et comme je n'disais rien du tout

ll m'dit: Voyons faut me dire ton goût

Alors, moi, pour pas le vexer

Je lui dit que je ne suis point fixer

Alors si cela vous êtes egal

J'aimerais mieux qu vous achetiez en 'tit cheval

 

Ce qui l'y a de plus embettant

C'est dans les collines, la j'ai fait mon tour de chant

Je suis si beau garcon, que tout' les actrices

Viennent me faire la cours, c'est bien embêtant

ll y en avait une encore hier au soir

Tachant de m'entrainer dans son p'tit boudoir

Viens chéri c'est toi que j'aime

Je lui dis passe parmi carême

Et bien, si tu m'aimes pas Ferland

J'voudrais bien tu m'estime pourtant

Et comme je ne disais rien du tout

Mais voyons faut me dire ton goût

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dis faut pas vous tracasser

Oh Mademoiselle tranquilisez-vous

Je vous estime toujours au mcins de trente cinq sous

 

Comme je vois qu'il faut faire des économies

Mes entretiens, je ne depense pas beaucoup

Je vais voir une p'tite fille qui est très bien mise

Une petite cocotte qui m'coute des prix de fous

Et pour ses étrennes du premier de Janvier

Elle me dit mon cher, quoi ! vas-tu m'payer

Achète moi des étrennes utiles

ll ira pour une automobile

ou bien, si tu ne veux pas, Ferland,

Achètes-moi une montre en argent.

Et comme je ne disais rien du tout.

Mais voyons faut me dire ton gout

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dis je viens de m'faire raser

Si tu veux des étrennes, moura

Prend le poil de ma çarbe, ça fera toujours ga.

 

Un jour j'étais en visite

Au taubourg, c'était dans un grand salon

Et Madame La Bayonne, une femme de mérite

Faisait les honneurs de toute la maison

Et just' au moment où on premait le thé

Elle me dit d'un air pleine d'immobilité

Mon Dieu vous avez froid peut-être

Désiriez-vous que j'ferme la fenêtre

Ou bien si vous préférez mieux

J'peux termer la porte du milieu

Et comme je ne disais rien du tout

Mais voyons faut m'dire vot' goût

Alors moi pour pas la vexer

Je lui ai dit d'un air bien empressé

Oh Madame, je ne désire pas que vous fermiez tout cela

Fermez done vot' gueule, et moi ça suffira.

 

[END SINGING]

 

Interviewer

Original Format

sound cassette (analog)

Citation

“AU1998-1075-004 -- Je suis une nature très accommodante,” Vermont Folklife Center Digital Collections, accessed November 1, 2014, http://www.vermontfolklifecenter.org/digital-archive/collections/items/show/351.