Vermont Folklife Center - Digital Archive

TC1998-1072 -- Interview with Alberta Gagné

« previous | Page 1 of 3 | next »   Jump to: 

« previous | Page 1 of 3 | next »   Jump to: 

Martha Pellerin Collection/VFC1998-0007
Alberta Gagné/TC1998-1072

INTERVIEWER: MARTHA PELLERIN (MP)
INTERVIEWEE: ALBERTA GAGNE (A)
DATE: AUGUST 31 1995
LOCATION: CARTER HILL RD HIGHGATE CENTER VT

MP: Ok. it's August 31st, we're at the home of Normand Gagné. Interviewing Alberta Gagné.
Voulez-vous cemmencer avec une chansen?

AG: Je veulais cemmencer. je veulais chanter une chanson pendant la premiere guerre. ça été composé pendant la première guerre.

MP: C'était composé par qui?

AG: Je sais pas.

MP: Tu sais pas?

AG: Non, c'est...

MP: And the title is?

AG: Bientôt l'ombre va luire. belle ne pleure pas.


(BEGIN SINGING)

Bientôt l'ombre va luire, Belle ne pleure pas
Puisque je viens te dire Adieu je m'en vas
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai toujours à tei la belle
Entends-tu la trempette, m'appellant au deveir
Au chère amie, à met' un baiser au revoir
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je Denserai teujeurs à tei la belle
En partant pour la guerre, un 'tit brave soldat
Je reviendrai. j'espère, si Dieu seutient mes pas
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai teujours à tei la belle
Sur le champs de bataille, un jour il fut frappé
ll murmura. courage, au ciel je t'attendrai
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant/tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai toujours à tei la belle

(END SINGING)


AG: There's another one that I learned. There was a few songs that was composed during that war. I learned only two of them. The other one is...



(BEGIN SINGING)

C'est le jour du départ, oh où vient de oartout
Pour admirer nos chers pioupious
La joveuse campagne de filles
A travers la grande ville
Dans la foule attendrie. une fillette est la.
Les veux fixés sur un soldat
Car elle est sincère et toujours elle espère
De voir celui dont son coeur attend le retour
Il est Darti mon soldat Dour défendre la oatrie
Mais je sais qu'il reviendra Après la guerre est finie
Je l'attendrai patiemment car je l'aime bien tendrement
Oui, dans mon coeur je le sais
Il ne m'oubliera Das mon soldat
Elle a reçu un jour un mot de son amant
Qui lui disait bien tendrement
Tour va bien ma Jeannette chérie
Je ne t'oublie Das ma mie
Plusieurs beaux amants voulaient lui parler d'amour
Mais elle les refusa toujours
Car elle sera sincère et toujours elle espère
De voir celui dont son coeur attend le retour
ll est parti mon soldat pour défendre la patrie
Mais je sais qu'il reviendra après la zuerre est finie
Je l'attendrai patiemment car je l'aime bien tendrement
Oui, dans mon coeur je le sais
ll ne m'oubliera pas mon soldat

(END SINGING)



MP: Beautiful

AG: Je voulais en chanter quand c'était le temps de ce couper les cheveux en balais. J'n'avais appris une dans c'temos là, et puis c'était dans le temps que j'm'étais fait
couber les cheveux, moi-même. J'avais encore les cheveux lonzs quand j'me su mariée. Ma mere, a voulait pas que j 'me . ../ J'me tasse couper les cheveux. Fais quand J'ai été au Canada, les parents de mon mari, y était tout après moi, fais-toi donc couper les cheveux ça serait bien mieux pour toi. Y faisait chaud. J'avais d'la misère à m'peigner. j'les mettais en toque, j'avais des grand cheveux. Et puis toujours. j'me su faites couper les cheveux et puis, y avait. j'sais pas qui est—ce que c'est qui a composé les chansons. Y a toujours quelqu'un qui compose des chansons dans ces occasions—là. Fait que... Ca commence de même:



(BEGIN SINGING)

L'autre jour ma femme me dit: vois-tu mon chéri
J'ai fait pour te plaire quelque chose de bien gentil
J'ai fait comme toutes les femmes font en ce moment
Pour être tout à fait dans le mouvement
Elle enleva gentiment son chapeau
Un petit peu fin, je m'appercu tout aussi tôt
Elle s'était fait couper les cheveux
Comme une petite fille, gentille
Elle s'etait fait couper les cheveux
En disant ça me fait beaucoup mieux.
Comme les emmes toutes, comme les monsieurs
Parque c'est la mode, grande mode
Elles se font toutes, elles se font toutes
Elles se font toutes couper les cheveux
Furieux de cette tage, je vais trouver belle—maman
Une femme qui s'promène, proche de soixante ans
Ma belle-mère dit en me voyant d'un air doux
Ah regardez ce que j'ai fait pour vous
Elle enleva gentiment son chapeau
Un petit peu fin, je m'appercu tout aussi tôt
Elle s'était fait couper les cheveux
Comme une petite fille, gentille
Elle s'etait fait couper les cheveux
En disant ça me fait beaucoup mieux.
Comme les femmes toutes, comme les monsieurs
Parque c'est la mode, grande mode
Elles se font toutes, elles se font toutes
Elles se font toutes couper les cheveux

(END SINGING)



AG: You never heard it? It was true, everybody had their hair cut you know...like a broom, it wasn't very pretty but, we thought it was pretty...

MP: When you got married, you were expected to cut your hair?

AG: No, my mother didn't want me to, she thought that probably that I would but everybody else had their hair cut, I was the only one, everybody that I saw had all their hair cut. l was the only one with long hair and l had the hardest time, it took me half an hour to pull 'em up. The others were all combed in no time so... when I got home, my mother saw me she said: «A s'est faite couper les cheveux.
Les bras lui ont tombés du corps.» J'ai dis: «Maman, y avait pu 'ien que moi dans tout' le Canada qui avait les cheveux long. C'est pour ça que je me suis decidé de les fairecouper. Après ça, ça été la mode des cheveux coupés en chignons, t'sais? Y ont compose une chanson, le chignon de ma soeur; un garcon que j'connais a composé cette chanson—là . . . »



(BEGIN SINGING)

On a chanté nos pères nationales
On a chanté l'fromage traditionel
On a chahté les enquetes royales
Les petits navets, les champs, saucisses de Sorel
On a chanté l'esprit du prince de Galles
Et moi ce soir vous voyant de bonne humeur
J'va vous chanter,j'va vous chanter le chignon d'masoeur
Chignon d'ma soeur, que le ciel lui pardonne
Par la tondeuse un beau jour fut fauché
A fait s'offrir une coupe à la garconne
Les cheveux d'or, chez le coiffeur, ont tombé.
Ca n'otait rien au charme de sa personne
Mais je me dis: Oh cachez ça seigneur
Chaque fois que j'vois, chaque fois que j'vois
Chaque fois que j'vois, l'chignon d'ma soeur
Ma soeur, chique et d'élegante tournurer
Les yeux sont noirs et son nez retroussé
Son teint vermeille, c'est vrai c'est de la peinture
Mais c'est si frais que nul n'ose si frotter
De Cendrillon, elle porte la chaussure
Mais je m'écris, mon doux, c'est donc d'valeur
Chaque fois que j'vois, chaque fois que j'vois
L'chignon d'ma soeur

Les cheveux d'ma soeur sont d'un blond marmelade
Et la voix douce comme un soir de printemps
Sa bouche est rose, elle tient de ga de sa pommade
Ma soeur se paye, sinon il y a per ant
Mais son chignon, oh quel robe a muscade
Boureau lui-m ême, en verserait des pleurs
S'il rencontrait, s'il rencontrait
Le chignon d'ma soeur
Mais, Ciel! que vOis-je, aurais-je la berlue
L'chignon d'ma soeur aurait-il fait des p'tits
Un peu partout, au théatre, sur la rue
Dans les tramway, au Ritz et même ici.
Les mêmes chignons viennent s'offrir a ma vue
De grace, Mesdames, pardonnez mon erreur
Je vois partout, je vois partout
Le chignon d'ma soeur

(END SINGING)



MP: Where did that song come from?

AG: From Canada, I guess. Those songs... You know...I had some cousins living in Canada. Every time there was a new song, they sing them and then, I take a ride, I learned, I learned two of them, I changed them. J'les prenais en écrit et puis, j'les apprenais. Ça c'est mes cousines du Canada qui ... ça venait j’sais pas, j'sais pas si ça venait, je sais pas ou est-ce que c'est qui prenait ga eux aut'. Y a ben des chansons que j'sais que j'ai appris d'eux aut'.

MP: C'est des cousins qui sont venus ici pour visiter.

AG: Oué, y venait, y venait icit, nous aut' on allaient la, on visitait nos cousins, nos cousines. Eux aut' itou y aimaient bien à chanter. Chantaient les chansons nouvelles, y venaient par icit pour les faire chanter. Celle—la içit j'sais pas d'ou ce quelle vient: La belle Françoise.



(BEGIN SINGING)

C'est la belle Françoise longué, c'est la belle Françoise
Qui veut se marier, maluron lurette
Qui veut se marier, maluron/luré
Son ement va la voir, longué, son emant va la voir
Bientôt apfes souper, maluron lurette
Bientôt apres souper, maluron luré
ll le trouva seulette longué, qu'il la trouva seulette
Sur son lit qui pleurait, maluron lurette
Sur son lit qui pleurait, maluron luré
Qu'avez vous donc la belle longué, qu'avez vous donc la belle

Car vous entends pleurer, maluron lurette
Car vous entends pleurer, maluron luré
On m'a dit hier au Soir longué, on m'a dit hier au soir
Car à la guerre, vous alliez maluron lurette
Car à la guerre, vous alliez maluron luré
Ceux qui vous l'ont dit belle longué, ceux qui vous l'ont dit belle

On dit la verité maluron lurette
On dit la verité maluron luré
Venez me reconduire longué venez me reconduire
Jusqu'au pied du rocher, maluron lurette
Jusqu'au pied du rocher, maluron luré
Au rebour de la guerre longué, au retour de la guerre
Je vous épouserai, maluron lurette
Je vous épouserai, malurom luré

(END SINGING)



AG: ... that song...

MP: quand vous serez fatiguée, tu me le diras, on n'a pas besoin de tout faire aujourd'hui.


(BEGIN SINGING)

M'y promsnant dedans la vills
M'y promsnant dedans la vills
Dans mon chsmin j'ai rencontré é é
Uns jolis fills pa ta ta mon gré
Dans mon ohsmin j'ai rencontré é é
Uns jolis fills pa ta ta mon gré
Tout doux tout doux j'm'suis approché d'elle
Tout doux tout doux j'm'suis approché d'elle
J'ai fais ssmblant ds l'smbrasssr é é
Ses annsaux d'or js lui ai otés
J'ai fais ssmblant ds l'embrasssr é é
Ses annsaux d'or is lui ai otés
Ah maman, donnsz-moi mes gages
Ah maman, donnsz-moi mes gages
Donnsz-moi lss, si vous voulsz é é
Car j'ai grand psur qus vous sn moquiez
Donnez-moi les, si vous voulez é é
Car j'ai grand psur qus vous en moquiez
Je ne suis pas moqueur de fille
Je ne suis pas moqueur de fille
Je s'aimerais mieux perdre la vis i i
Que d'une fille m'y moquer
de s'aimerais mieux perdre la vis i i
Qus d'uns fills m'y moquer
J'ai de l'argent dans ma boursette
J'ai de l'argent dans ma boursette
J'ai des écus, j'ai des trente sous ou ou
J'ai de l'argent pour prendre un coup
J'ai des écus, j'ai des trente sous ou ou
J'ai de l'argent pour prendre un coup
Quand ma bouteille, elle sera vide
Quand ma bouteille, elle sera vide
Je m'en irai dans mon pays i i
Fairai l'amour à mon loisir
Je m'en irai dans mon pays i i
Feiyai l'amour a mon loisir

(END SINGING)


AG: L'as tu entendue celle-là? Normand? L'avais—tu déja
entendue?


(BEGIN SINGING)

Pour t'écrire chérie, je pensais toujours
Et beaux jours, appris, et depuis son retour
Tous les jours ma brune, je chantais pour toi
Au ciair de la lune, I'amour que j'ai pour toi
La guerre est finie et bientôt j'irai
Loin de tous ces bruits et aussi des dangers
Et dans le navire, qui nous ramenera
Je crois mon désir, me tendras-tu les bras
Uh ma fiancee, as-tu pense a moi
Qui n'a pas cesse de penser a toi
Bient6t je te reviens et lors de mon retour
Ah si tu veux bien nous vivrons de beaux jours

(END SINGING)


AG: C'est une aut' chanson de la guerre.

MP: There was a lot of songs about the war... That was common to sing.

AG: This one that I sang, the last one there. I learned it, you know... somebody gave it to me, gave it to me so I sang it. L'as—tu déjà entendu Ia prière d'un aveugle?

MP: No.

AG: Une chanson qui a été, je l'ai sur les records ça... Je l'ai appris. J'ai pas écouté les records mais quelqu'un qui l'avait écrit puis me la donner.


(BEGIN SINGING)

Je suis un chanteur des prairies
Je chante pour mon désennui
Oh comme j'suis malheureux
Jamais je n'ai vu le ciel bleu
Jamais je n'ai pu voir la terre
Et même contempler ma mère
Et je demande au bon Dieu
De me donner comme tout' les yeux
Comme tous les autres j'aimerais
Quelqu'un qui me contemplerait
Une compagne pour ma vie
Qui dissiperait mon ennui
Mais me voila, je ne puis rien
Car Dieu conduit notre destin
Et je continue de pleurer
Pour mouiller mes grands yeux fermés
Je n'ai ni parents ni amis
Et pourtant je n'suis pas bandit
Oh vous qui êtes roi des cieux
Rendez-moi, rendez—moi mes yeux
Je pourais contempler vos oeuvres
Le ciel, la terre aussi les fleurs
Et oe jour-là sera si grand
ll restera grave longtemps.


[END CASSETTE SIDE A]

[BEGIN CASSETTE SIDE B]


(BEGIN SINGING)

C'est dans tous les cantons, Y a des filles et des garcons
Qui veulent se marier c'est la pure verité
Les garcons vont les voir le plus souvent le soir
Les filles se rejouient en voyant leurs amants
Se disant en ... le voila mon amant.
Jeunes filles écoutez, si voulez vous marier
Et vot' engagement, vous oausera des tourments
Vous prenez un état de peine et d'enbarras
Bien souvent du chagrin sans même connaitr' la fin
Qui vous feras regretter le logis vous quitterez
Pour se marier il faut tout abandonner
Tous les agréments d'être avec les jeunes gens
Pour rester aurlogis faut plaire à son mari
Vous êtes mariée et par votre volonté
Vous avez pris l'mari c'est pour lui obéir
Si il est complaisant vous aurez de l'agrément
Mais s'il est jaloux vous en aurez pas beaucoup
Combien en a—t—il de ces méchants maris
Que tout leurs intérêts c'est d'aller au cabaret
Pur y passer leur temps à boire tout leur argent.
Vous à la maison, ni pain, ni poisson
N'ayant pas le sous et souvent manquant de tout
Et vos petits enfants qui vous diront maman
Uonnez-nous donc du pain car nous mourons de faim
A leur crève—coeur faudra verser des pleurs
Mais si les maris ne sont pas tous guarantis
C'est qui en a trop de ces femmes qui ont des défauts
Quand y ont un humeur maraboux que rien n'est à leur gout
Vous allez pour leur parler Dans un coin sans mots pour dire
Comment qu'on fait couroux avec de tels hiboux
La semaine au logis ils ont l'air d'être étourdis
Mal peignés mal chaussés et souvent mal arrangés
Le dimanche arrivé vous les voyez frisés
C'est tout leur qualité c'n'est que pour la vanité
lls ont aucun soucis pour la fête du logis
J'ai composé cette chansen, c'est l'air de ce canton
ll n'a pas regretté le jour qui s'est marié
Il a tout un gibier qu'il a su conservé
Elle a des qualités qui ne s'ont point publiées
Que chacun fasse comme moi qui chante tout ce qu'ils savent.

(END SINGING)


MP: J'ai déjà entendu celui la mais j'me rapelle pas où.

AG: Ça bait longtemps que j'sais ça. J'chantais ça vite, ça m'accroohe. J'm'accroche un mot.


(BEGIN SINGING)

Adieu Marie je quitte le rivage
Je vais partir peut-être pour toujours
Ce beau navire, ses voiles et ses cordages
Vont disparaitre de tes yeux pour toujours
Tu me verras sur la mer étrangere
Voyant encore à son avenir
Adieu, mes a tes soins je te confis ma mère
Adieu Marie, loin de toi faut partir
Cette anneau d'or, cette croix de fianceé
Nous rendrera temoin de nos amours
Tu prieras Dieu alors ma bien amie
En attendant l'orage et l'ouragan
Tu penseras à celui que sur mer
Veille encore dans un songe à venir
Mais à tes soins je te confis ma mère
Adieu Marie, loin de toi pour partir.
Mais à tes soins je te confis ma mere
Adieu Marie, loin de toi pour partir.
La terre est pure, le ciel est sans nuage
Tous les marins vont quitter leurs amours
Et toi, Marie, qui demeure au village
Ne pleure donc plus, nous reviendrons un jour.
Puis il embarque, le beau navire s'éloigne.
J'ai encore tant de songes à venir
Adieu, adieu loin du rivage de France
Adieu Marie, loin de toi faut partir.
Adieu, adieu loin du rivage de France
Adieu Marie, loin de toi faut partir.

(END SINGING)


AG: Faire une croix...


(BEGIN SINGING)

Dans un vieux pays sous le ciel du midi
Vivait seule dans une chambrette
Depuis quelques temps de tous jeunes amants
Versant avec sa miette
Lui l'adorait puis il travaillait
Tous les jours loin de son amie
Le coeur joyeux, la journée finie
Auprès d'elle, la il revenait
L'embrassant tendrement
Il chantait amoureusement
Ma Mimi, ma petite miette
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi, je voudrais toujours
Chanter leur chanson de l'amour
Si tes yeux étaient frimoussettes
Me feront un jour perdre la tête
Ton p'tit coeur auprès de mon coeur
Ma miette, c'est le vrai bonheur
Un vieux libertin de miette a begin
Lui promis un jour ses richesses
Elle resista mais plus tard elle céda
Croyant à ces belles promesses
Tres malheureux, un soir l'amoureux
Se trouva seul dans sa chambrette
Elle était parti, sa miette
Pour Paris sans lui dire adieu
Tristement le coeur gros
ll murmura dans un sanglot
Ma Mimi, ma petite miette
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi je voulais toujours
Chanter leur chanson de l'amour
Tu veux être belle et coquette
D'un galant faire la conquette
En retour s'enfuit mon bonheur
Ma miette tu m'as brisé l'coeur
L'amour pour l'argent ca ne dure qu'un temps
Elle fut délaissée bien vite
Alors elle pleura, elle se languira
De rester sage pauvre petite
Dans son pays, près de son ami
La elle revenait toute simplette
En disant pardonnant miette
Moi, mes larmes, mon coeur est contris
Tout ému par ces pleurs
L'amoureux dit avec douceur
Ma Mimi, ma petite miette
T'avais fuit pour faire la fête
Mais la plus grande vie dans Paris
Ça n'vaut pas le coeur d'un ami
J'ai beaucoup souffert, tu regrettes
Je pardonne et soit toujours honnête
Et que rien ne separe nos coeurs
Ma miette, c'est le vrai bonheur.

(END SINGING)


MP: How do you keep all of these songs in your memory?

AG: l don't know... I don't know.

MP: I see you have a list with just the titles.

AG: Ya...

MP: All the rest is in your head.

AG: Ya, ... autrement des fois, je prends tout mon temps... J'en sais encore un autre içit...


(BEGIN SINGING)

Dans une sombre solitude
Deux enfants de cinq et six ans
Partir avec inquiétude
Leur regard triste et caressant
Ils prirent leurs courses légères
Au bruit du tonnerre en couroux
En disant

(PAUSE)

En disant cherchons notre perè
Le ciel aura pitié de nous
C'est dans cette foret profonde
Que nous avons perdu ses pas
Au dis—moi s'il passait du monde
Il nous retirerait d'embarras
Mais dans cette forêt mon frère
Si nous allions trouver les loups
Nous avons perdu notre perè
Le ciel aura pitié de nous
Je suis là mon frère il me semble
Qu'il faut se retrouver ici
As-tu froid au noir il tremble
Qu'il faudrait dormir ici
Ne pleure donc pas si fort mon frère
Le bon Dieu là-haut nous voit tous
Mais nous avons perdu notre père
Le ciel aura pitié de nous
En sanglotant sur les feuillages

Les deux enfants se sont assis
Et malgré le bruit et l'orage
Ils se sont pourtant endormi
Mais en demandant à leurs prieres
Se .... souffles si doux
Nous avons perdu notre père
Mon Dieu, prenez pitié de nous.

(END SINGING)


AG: That's a song I learned when I was quite young. My mother's song.

MP: You learned that one from your mother?

AG: Ya.

MP: What is for a special occasion.

AG: Non, she sang it and I wanted to learn it.

MP: Your mother sang a lot too?

AG: Ya, she knew a lot of songs. She didn't sing as much as l do. .... Once in a while she sing a song but... she used to sing those songs, at home.

MP: You were one of twelve kids? Do you all sing, everybody?

AG: Most of us, most of us knew how to sing you know. We enjoyed singing a lot and my brothers and sisters. They all could sing.

MP: Did any of them played instruments?

AG: No,...

MP: All singers.

AG: Ya.

MP: Did your father sing?

AG: My father could sing too.

MP: Ya?

AG: There was one of my brothers that ... he had a fiddle, he started to learn but he never played too much. I played, I played then an old organ. When we moved to
Vermont there was an old organ, it wasn't playing at all, my brother, he fixed it, he cleaned it all up and put it back, all the notes; after that, it was playing pretty
good...

MP: Wow.

AG: ... and I learned some, some cord myself, you know, I used to try to sit and play some song, you know. I managed to play a little bit, not that much. I learned some cords and my husband, he used to play fiddle and I played cords. We always had a piano; after we were married we always had a piano at home and he played the fiddle and I played the piano. I never could play very very very good. I didn't
practice enough.

MP: How many children, did you and your husband have?

AG: Fifteen.

MP: Fifteen? you had fifteen children? ... and do they sing?

AG: Most of them like to sing. They're not all living, four, lost four, I lost three when they were young, you know and my oldest daughter died, died of cancer. The others are
all in good health. They like to sing.

MP: Did any of your children picked up the fiddle like their
dad?

AG: One of my boys, Eddie, he plays the fiddle, he plays the guitar, he plays the piano. He was only three years old, he used to want to play the piano. I let him play along,
he could play some cord. At about six years old, he could accompany his father at the piano.

MP: Wow!

AG: lt was so cute. His father knew a lot of tune, he changed the tune... Y changeait sa tune et puis, y ayait des accords et y changeait les accords. Y avait une bonne oreille. He still plays, he earns his living playing.

MP: oh he does. Where does he live?

AG: He lives in Florida.

MP: Florida?

AG: Ya. He has a piano and all kind of music. He is a one man band. He plays alone but it sounds like a lot of people playing...

MP: Right.

AG: ...he makes pretty good money.

MP: Est-ce que vous avez des aut' chansons aujourd'hui?

AG: Oh j'pourais en chanter encore.

MP: Ça dépend si vous êtes pas trop fatiguée.

AG: Non, ca m'fatigue pas...

MP: Non?
AG: ... non. Ma voix est pas ben bonne mais ça m'fatigue pas.

MP: Ta voix, c'est parfait.

AG: C'est ma voix, ma voix faible, c'pas comme quand j'chantais ma voix était forte. J'pus capable de chanter d'même.


(BEGIN SINGING)

Dans un bosquet tout rempli de fraicheur
J'aurais voulu le regarder sans cesse
Quand je l'ai vu au milieu de ces fleurs
ll m'a paru beau comme dans un rêve
Mais des guirlandes tressant ces beaux cheveux
Mais dans ses mains quelques fleurs demi-closes
C'était un ange descendu des cieux sous les roses
C'était un ange descendu des cieux sous les roses
Hier encore, il vint auprès de moi
En me disant de sa voix si charmante
Je veux t'aimer de toi j'ai fait le choix
Et je sentis ses lèvres frémissantes
Baiser mon front brulant depuis ce jour
La gaite vient sur ma bouche une rose
Et nous avions abrité nos amours sous les roses
Et nous avions abrité nos amours sous les roses
Mais il tut jaloux de mon bonheur,
ll m'enleva mon bien cher aimé
Me laissant seule, seule avec ma dopleur
N'ayant plus rien de mon cher adoré
ll est parti maintenant il est mort
Et pour toujours au ciel il repose
Pourquoi vivrais—je maintenant Puisqu'il dort sous les roses
Pourquoi vivrais-je maintenant Puisqu'il dort sous les roses

(END SINGING)


AG: J'ai d'la misère à remonter.

MP: You have a wide range in that song. C'est dur a chanter celle—la.

AG: Ca lait, 1, 2, 3, 4, b, 6, 7, 8, 9,10, 11, 12, 13, 14, l5, 16 chansons...

MP: Juste aujourd'hui? Wow!

AG: Y a-t-il d'la place encore?

MP: Un p'tit peu. Pas trop mais on n'a encore un pen.

AG: J'vais essayer d'en trouver d'autre. J'ai-tu chanter celui, le marchand de blé.

MP: d'pense pas. Aujourd'hui?

AG: Ouais, y me semble que j'l'avais écrit, j'me semble que j'l'avais écrit. Je l'ai chantél j'l'ai marqué que je l'ai chanté. J'vais en chanter une aut'.


(BEGIN SINGING)

Lison était gentille et sage
Ne connaissant rien de l'amour
Mais à la fête du village
Son coeur parla par un beau jour
Un soir en dansant à la fete
Pres des chevaux de bois
Un garcon lui tourna la tete
Lui disant à demi-voix
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
J'aurai des baisers des caresses
Qui te rendront folle d'amour
Mon coeur tient tout bas la promesse
De t'aimer toujours
Tous deux dès le soir éphémère
Deux mois de bonheur et d'amour
Mais les doux baisers s'envolèrent
Et Jean paru plus un beau jour
Et quand revint encore la fête
Lison un tas de refrains
Qui chantait tout bas dans sa tête
Lui disant rappellant son chagrin
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
Déjà ses baisers des caresses
T'avais rendu folle d'amour
Mon coeur croyait à sa promesse
De t'aimer toujours
De loin son vieux père l'appelle
Quelqu'un il a dans la maison
C'est Jean qui vient encore chez elle
Demander la main de Lison
Tous deux ils s'en vont à la danse
Valser gaiement comme autrefois
Et Jean en suivant la cadence
Dit encore à demi-voix
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
J'aurai des baisers des caresses
Qui te rendront folle d'amour
Mon coeur a tenu la promesse
De t'aimer toujours

(END SINGING)

[END CASSETTE SIDE B]
[END RECORDING]

Dublin Core

Title

TC1998-1072 -- Interview with Alberta Gagné

Description

Interview of Alberta Gagné by Martha Pellerin. Part of a project (VFC1998-0007) on Franco-American song in New England funded by the Vermont Folklife Center and undertaken by Pellerin. Interview is one in a series of six conducted between 1995-01-09 and 1995-12-06 as an effort to document the French language song repertoire of Gagné.

Source

VFC1998-0007 Martha Pellerin Collection. Vermont Folklife Center Archive, Vermont Folklife Center, Middlebury, Vermont, United States of America.

Date

Rights

Copyright (c) Vermont Folklife Center

Language

fra
eng

Identifier

vfc1998-0007_tc1998-1072

Oral History Item Type Metadata

Interviewer

Interviewee

Transcription

Martha Pellerin Collection/VFC1998-0007
Alberta Gagné/TC1998-1072

INTERVIEWER: MARTHA PELLERIN (MP)
INTERVIEWEE: ALBERTA GAGNE (A)
DATE: AUGUST 31 1995
LOCATION: CARTER HILL RD HIGHGATE CENTER VT

MP: Ok. it's August 31st, we're at the home of Normand Gagné. Interviewing Alberta Gagné.
Voulez-vous cemmencer avec une chansen?

AG: Je veulais cemmencer. je veulais chanter une chanson pendant la premiere guerre. ça été composé pendant la première guerre.

MP: C'était composé par qui?

AG: Je sais pas.

MP: Tu sais pas?

AG: Non, c'est...

MP: And the title is?

AG: Bientôt l'ombre va luire. belle ne pleure pas.


(BEGIN SINGING)

Bientôt l'ombre va luire, Belle ne pleure pas
Puisque je viens te dire Adieu je m'en vas
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai toujours à tei la belle
Entends-tu la trempette, m'appellant au deveir
Au chère amie, à met' un baiser au revoir
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je Denserai teujeurs à tei la belle
En partant pour la guerre, un 'tit brave soldat
Je reviendrai. j'espère, si Dieu seutient mes pas
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai teujours à tei la belle
Sur le champs de bataille, un jour il fut frappé
ll murmura. courage, au ciel je t'attendrai
Adieu la belle, la belle adieu
Une dernière, regardant/tes veux bleus
Aux champs du feux qui étincellent
Je penserai toujours à tei la belle

(END SINGING)


AG: There's another one that I learned. There was a few songs that was composed during that war. I learned only two of them. The other one is...



(BEGIN SINGING)

C'est le jour du départ, oh où vient de oartout
Pour admirer nos chers pioupious
La joveuse campagne de filles
A travers la grande ville
Dans la foule attendrie. une fillette est la.
Les veux fixés sur un soldat
Car elle est sincère et toujours elle espère
De voir celui dont son coeur attend le retour
Il est Darti mon soldat Dour défendre la oatrie
Mais je sais qu'il reviendra Après la guerre est finie
Je l'attendrai patiemment car je l'aime bien tendrement
Oui, dans mon coeur je le sais
Il ne m'oubliera Das mon soldat
Elle a reçu un jour un mot de son amant
Qui lui disait bien tendrement
Tour va bien ma Jeannette chérie
Je ne t'oublie Das ma mie
Plusieurs beaux amants voulaient lui parler d'amour
Mais elle les refusa toujours
Car elle sera sincère et toujours elle espère
De voir celui dont son coeur attend le retour
ll est parti mon soldat pour défendre la patrie
Mais je sais qu'il reviendra après la zuerre est finie
Je l'attendrai patiemment car je l'aime bien tendrement
Oui, dans mon coeur je le sais
ll ne m'oubliera pas mon soldat

(END SINGING)



MP: Beautiful

AG: Je voulais en chanter quand c'était le temps de ce couper les cheveux en balais. J'n'avais appris une dans c'temos là, et puis c'était dans le temps que j'm'étais fait
couber les cheveux, moi-même. J'avais encore les cheveux lonzs quand j'me su mariée. Ma mere, a voulait pas que j 'me . ../ J'me tasse couper les cheveux. Fais quand J'ai été au Canada, les parents de mon mari, y était tout après moi, fais-toi donc couper les cheveux ça serait bien mieux pour toi. Y faisait chaud. J'avais d'la misère à m'peigner. j'les mettais en toque, j'avais des grand cheveux. Et puis toujours. j'me su faites couper les cheveux et puis, y avait. j'sais pas qui est—ce que c'est qui a composé les chansons. Y a toujours quelqu'un qui compose des chansons dans ces occasions—là. Fait que... Ca commence de même:



(BEGIN SINGING)

L'autre jour ma femme me dit: vois-tu mon chéri
J'ai fait pour te plaire quelque chose de bien gentil
J'ai fait comme toutes les femmes font en ce moment
Pour être tout à fait dans le mouvement
Elle enleva gentiment son chapeau
Un petit peu fin, je m'appercu tout aussi tôt
Elle s'était fait couper les cheveux
Comme une petite fille, gentille
Elle s'etait fait couper les cheveux
En disant ça me fait beaucoup mieux.
Comme les emmes toutes, comme les monsieurs
Parque c'est la mode, grande mode
Elles se font toutes, elles se font toutes
Elles se font toutes couper les cheveux
Furieux de cette tage, je vais trouver belle—maman
Une femme qui s'promène, proche de soixante ans
Ma belle-mère dit en me voyant d'un air doux
Ah regardez ce que j'ai fait pour vous
Elle enleva gentiment son chapeau
Un petit peu fin, je m'appercu tout aussi tôt
Elle s'était fait couper les cheveux
Comme une petite fille, gentille
Elle s'etait fait couper les cheveux
En disant ça me fait beaucoup mieux.
Comme les femmes toutes, comme les monsieurs
Parque c'est la mode, grande mode
Elles se font toutes, elles se font toutes
Elles se font toutes couper les cheveux

(END SINGING)



AG: You never heard it? It was true, everybody had their hair cut you know...like a broom, it wasn't very pretty but, we thought it was pretty...

MP: When you got married, you were expected to cut your hair?

AG: No, my mother didn't want me to, she thought that probably that I would but everybody else had their hair cut, I was the only one, everybody that I saw had all their hair cut. l was the only one with long hair and l had the hardest time, it took me half an hour to pull 'em up. The others were all combed in no time so... when I got home, my mother saw me she said: «A s'est faite couper les cheveux.
Les bras lui ont tombés du corps.» J'ai dis: «Maman, y avait pu 'ien que moi dans tout' le Canada qui avait les cheveux long. C'est pour ça que je me suis decidé de les fairecouper. Après ça, ça été la mode des cheveux coupés en chignons, t'sais? Y ont compose une chanson, le chignon de ma soeur; un garcon que j'connais a composé cette chanson—là . . . »



(BEGIN SINGING)

On a chanté nos pères nationales
On a chanté l'fromage traditionel
On a chahté les enquetes royales
Les petits navets, les champs, saucisses de Sorel
On a chanté l'esprit du prince de Galles
Et moi ce soir vous voyant de bonne humeur
J'va vous chanter,j'va vous chanter le chignon d'masoeur
Chignon d'ma soeur, que le ciel lui pardonne
Par la tondeuse un beau jour fut fauché
A fait s'offrir une coupe à la garconne
Les cheveux d'or, chez le coiffeur, ont tombé.
Ca n'otait rien au charme de sa personne
Mais je me dis: Oh cachez ça seigneur
Chaque fois que j'vois, chaque fois que j'vois
Chaque fois que j'vois, l'chignon d'ma soeur
Ma soeur, chique et d'élegante tournurer
Les yeux sont noirs et son nez retroussé
Son teint vermeille, c'est vrai c'est de la peinture
Mais c'est si frais que nul n'ose si frotter
De Cendrillon, elle porte la chaussure
Mais je m'écris, mon doux, c'est donc d'valeur
Chaque fois que j'vois, chaque fois que j'vois
L'chignon d'ma soeur

Les cheveux d'ma soeur sont d'un blond marmelade
Et la voix douce comme un soir de printemps
Sa bouche est rose, elle tient de ga de sa pommade
Ma soeur se paye, sinon il y a per ant
Mais son chignon, oh quel robe a muscade
Boureau lui-m ême, en verserait des pleurs
S'il rencontrait, s'il rencontrait
Le chignon d'ma soeur
Mais, Ciel! que vOis-je, aurais-je la berlue
L'chignon d'ma soeur aurait-il fait des p'tits
Un peu partout, au théatre, sur la rue
Dans les tramway, au Ritz et même ici.
Les mêmes chignons viennent s'offrir a ma vue
De grace, Mesdames, pardonnez mon erreur
Je vois partout, je vois partout
Le chignon d'ma soeur

(END SINGING)



MP: Where did that song come from?

AG: From Canada, I guess. Those songs... You know...I had some cousins living in Canada. Every time there was a new song, they sing them and then, I take a ride, I learned, I learned two of them, I changed them. J'les prenais en écrit et puis, j'les apprenais. Ça c'est mes cousines du Canada qui ... ça venait j’sais pas, j'sais pas si ça venait, je sais pas ou est-ce que c'est qui prenait ga eux aut'. Y a ben des chansons que j'sais que j'ai appris d'eux aut'.

MP: C'est des cousins qui sont venus ici pour visiter.

AG: Oué, y venait, y venait icit, nous aut' on allaient la, on visitait nos cousins, nos cousines. Eux aut' itou y aimaient bien à chanter. Chantaient les chansons nouvelles, y venaient par icit pour les faire chanter. Celle—la içit j'sais pas d'ou ce quelle vient: La belle Françoise.



(BEGIN SINGING)

C'est la belle Françoise longué, c'est la belle Françoise
Qui veut se marier, maluron lurette
Qui veut se marier, maluron/luré
Son ement va la voir, longué, son emant va la voir
Bientôt apfes souper, maluron lurette
Bientôt apres souper, maluron luré
ll le trouva seulette longué, qu'il la trouva seulette
Sur son lit qui pleurait, maluron lurette
Sur son lit qui pleurait, maluron luré
Qu'avez vous donc la belle longué, qu'avez vous donc la belle

Car vous entends pleurer, maluron lurette
Car vous entends pleurer, maluron luré
On m'a dit hier au Soir longué, on m'a dit hier au soir
Car à la guerre, vous alliez maluron lurette
Car à la guerre, vous alliez maluron luré
Ceux qui vous l'ont dit belle longué, ceux qui vous l'ont dit belle

On dit la verité maluron lurette
On dit la verité maluron luré
Venez me reconduire longué venez me reconduire
Jusqu'au pied du rocher, maluron lurette
Jusqu'au pied du rocher, maluron luré
Au rebour de la guerre longué, au retour de la guerre
Je vous épouserai, maluron lurette
Je vous épouserai, malurom luré

(END SINGING)



AG: ... that song...

MP: quand vous serez fatiguée, tu me le diras, on n'a pas besoin de tout faire aujourd'hui.


(BEGIN SINGING)

M'y promsnant dedans la vills
M'y promsnant dedans la vills
Dans mon chsmin j'ai rencontré é é
Uns jolis fills pa ta ta mon gré
Dans mon ohsmin j'ai rencontré é é
Uns jolis fills pa ta ta mon gré
Tout doux tout doux j'm'suis approché d'elle
Tout doux tout doux j'm'suis approché d'elle
J'ai fais ssmblant ds l'smbrasssr é é
Ses annsaux d'or js lui ai otés
J'ai fais ssmblant ds l'embrasssr é é
Ses annsaux d'or is lui ai otés
Ah maman, donnsz-moi mes gages
Ah maman, donnsz-moi mes gages
Donnsz-moi lss, si vous voulsz é é
Car j'ai grand psur qus vous sn moquiez
Donnez-moi les, si vous voulez é é
Car j'ai grand psur qus vous en moquiez
Je ne suis pas moqueur de fille
Je ne suis pas moqueur de fille
Je s'aimerais mieux perdre la vis i i
Que d'une fille m'y moquer
de s'aimerais mieux perdre la vis i i
Qus d'uns fills m'y moquer
J'ai de l'argent dans ma boursette
J'ai de l'argent dans ma boursette
J'ai des écus, j'ai des trente sous ou ou
J'ai de l'argent pour prendre un coup
J'ai des écus, j'ai des trente sous ou ou
J'ai de l'argent pour prendre un coup
Quand ma bouteille, elle sera vide
Quand ma bouteille, elle sera vide
Je m'en irai dans mon pays i i
Fairai l'amour à mon loisir
Je m'en irai dans mon pays i i
Feiyai l'amour a mon loisir

(END SINGING)


AG: L'as tu entendue celle-là? Normand? L'avais—tu déja
entendue?


(BEGIN SINGING)

Pour t'écrire chérie, je pensais toujours
Et beaux jours, appris, et depuis son retour
Tous les jours ma brune, je chantais pour toi
Au ciair de la lune, I'amour que j'ai pour toi
La guerre est finie et bientôt j'irai
Loin de tous ces bruits et aussi des dangers
Et dans le navire, qui nous ramenera
Je crois mon désir, me tendras-tu les bras
Uh ma fiancee, as-tu pense a moi
Qui n'a pas cesse de penser a toi
Bient6t je te reviens et lors de mon retour
Ah si tu veux bien nous vivrons de beaux jours

(END SINGING)


AG: C'est une aut' chanson de la guerre.

MP: There was a lot of songs about the war... That was common to sing.

AG: This one that I sang, the last one there. I learned it, you know... somebody gave it to me, gave it to me so I sang it. L'as—tu déjà entendu Ia prière d'un aveugle?

MP: No.

AG: Une chanson qui a été, je l'ai sur les records ça... Je l'ai appris. J'ai pas écouté les records mais quelqu'un qui l'avait écrit puis me la donner.


(BEGIN SINGING)

Je suis un chanteur des prairies
Je chante pour mon désennui
Oh comme j'suis malheureux
Jamais je n'ai vu le ciel bleu
Jamais je n'ai pu voir la terre
Et même contempler ma mère
Et je demande au bon Dieu
De me donner comme tout' les yeux
Comme tous les autres j'aimerais
Quelqu'un qui me contemplerait
Une compagne pour ma vie
Qui dissiperait mon ennui
Mais me voila, je ne puis rien
Car Dieu conduit notre destin
Et je continue de pleurer
Pour mouiller mes grands yeux fermés
Je n'ai ni parents ni amis
Et pourtant je n'suis pas bandit
Oh vous qui êtes roi des cieux
Rendez-moi, rendez—moi mes yeux
Je pourais contempler vos oeuvres
Le ciel, la terre aussi les fleurs
Et oe jour-là sera si grand
ll restera grave longtemps.


[END CASSETTE SIDE A]

[BEGIN CASSETTE SIDE B]


(BEGIN SINGING)

C'est dans tous les cantons, Y a des filles et des garcons
Qui veulent se marier c'est la pure verité
Les garcons vont les voir le plus souvent le soir
Les filles se rejouient en voyant leurs amants
Se disant en ... le voila mon amant.
Jeunes filles écoutez, si voulez vous marier
Et vot' engagement, vous oausera des tourments
Vous prenez un état de peine et d'enbarras
Bien souvent du chagrin sans même connaitr' la fin
Qui vous feras regretter le logis vous quitterez
Pour se marier il faut tout abandonner
Tous les agréments d'être avec les jeunes gens
Pour rester aurlogis faut plaire à son mari
Vous êtes mariée et par votre volonté
Vous avez pris l'mari c'est pour lui obéir
Si il est complaisant vous aurez de l'agrément
Mais s'il est jaloux vous en aurez pas beaucoup
Combien en a—t—il de ces méchants maris
Que tout leurs intérêts c'est d'aller au cabaret
Pur y passer leur temps à boire tout leur argent.
Vous à la maison, ni pain, ni poisson
N'ayant pas le sous et souvent manquant de tout
Et vos petits enfants qui vous diront maman
Uonnez-nous donc du pain car nous mourons de faim
A leur crève—coeur faudra verser des pleurs
Mais si les maris ne sont pas tous guarantis
C'est qui en a trop de ces femmes qui ont des défauts
Quand y ont un humeur maraboux que rien n'est à leur gout
Vous allez pour leur parler Dans un coin sans mots pour dire
Comment qu'on fait couroux avec de tels hiboux
La semaine au logis ils ont l'air d'être étourdis
Mal peignés mal chaussés et souvent mal arrangés
Le dimanche arrivé vous les voyez frisés
C'est tout leur qualité c'n'est que pour la vanité
lls ont aucun soucis pour la fête du logis
J'ai composé cette chansen, c'est l'air de ce canton
ll n'a pas regretté le jour qui s'est marié
Il a tout un gibier qu'il a su conservé
Elle a des qualités qui ne s'ont point publiées
Que chacun fasse comme moi qui chante tout ce qu'ils savent.

(END SINGING)


MP: J'ai déjà entendu celui la mais j'me rapelle pas où.

AG: Ça bait longtemps que j'sais ça. J'chantais ça vite, ça m'accroohe. J'm'accroche un mot.


(BEGIN SINGING)

Adieu Marie je quitte le rivage
Je vais partir peut-être pour toujours
Ce beau navire, ses voiles et ses cordages
Vont disparaitre de tes yeux pour toujours
Tu me verras sur la mer étrangere
Voyant encore à son avenir
Adieu, mes a tes soins je te confis ma mère
Adieu Marie, loin de toi faut partir
Cette anneau d'or, cette croix de fianceé
Nous rendrera temoin de nos amours
Tu prieras Dieu alors ma bien amie
En attendant l'orage et l'ouragan
Tu penseras à celui que sur mer
Veille encore dans un songe à venir
Mais à tes soins je te confis ma mère
Adieu Marie, loin de toi pour partir.
Mais à tes soins je te confis ma mere
Adieu Marie, loin de toi pour partir.
La terre est pure, le ciel est sans nuage
Tous les marins vont quitter leurs amours
Et toi, Marie, qui demeure au village
Ne pleure donc plus, nous reviendrons un jour.
Puis il embarque, le beau navire s'éloigne.
J'ai encore tant de songes à venir
Adieu, adieu loin du rivage de France
Adieu Marie, loin de toi faut partir.
Adieu, adieu loin du rivage de France
Adieu Marie, loin de toi faut partir.

(END SINGING)


AG: Faire une croix...


(BEGIN SINGING)

Dans un vieux pays sous le ciel du midi
Vivait seule dans une chambrette
Depuis quelques temps de tous jeunes amants
Versant avec sa miette
Lui l'adorait puis il travaillait
Tous les jours loin de son amie
Le coeur joyeux, la journée finie
Auprès d'elle, la il revenait
L'embrassant tendrement
Il chantait amoureusement
Ma Mimi, ma petite miette
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi, je voudrais toujours
Chanter leur chanson de l'amour
Si tes yeux étaient frimoussettes
Me feront un jour perdre la tête
Ton p'tit coeur auprès de mon coeur
Ma miette, c'est le vrai bonheur
Un vieux libertin de miette a begin
Lui promis un jour ses richesses
Elle resista mais plus tard elle céda
Croyant à ces belles promesses
Tres malheureux, un soir l'amoureux
Se trouva seul dans sa chambrette
Elle était parti, sa miette
Pour Paris sans lui dire adieu
Tristement le coeur gros
ll murmura dans un sanglot
Ma Mimi, ma petite miette
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi je voulais toujours
Chanter leur chanson de l'amour
Tu veux être belle et coquette
D'un galant faire la conquette
En retour s'enfuit mon bonheur
Ma miette tu m'as brisé l'coeur
L'amour pour l'argent ca ne dure qu'un temps
Elle fut délaissée bien vite
Alors elle pleura, elle se languira
De rester sage pauvre petite
Dans son pays, près de son ami
La elle revenait toute simplette
En disant pardonnant miette
Moi, mes larmes, mon coeur est contris
Tout ému par ces pleurs
L'amoureux dit avec douceur
Ma Mimi, ma petite miette
T'avais fuit pour faire la fête
Mais la plus grande vie dans Paris
Ça n'vaut pas le coeur d'un ami
J'ai beaucoup souffert, tu regrettes
Je pardonne et soit toujours honnête
Et que rien ne separe nos coeurs
Ma miette, c'est le vrai bonheur.

(END SINGING)


MP: How do you keep all of these songs in your memory?

AG: l don't know... I don't know.

MP: I see you have a list with just the titles.

AG: Ya...

MP: All the rest is in your head.

AG: Ya, ... autrement des fois, je prends tout mon temps... J'en sais encore un autre içit...


(BEGIN SINGING)

Dans une sombre solitude
Deux enfants de cinq et six ans
Partir avec inquiétude
Leur regard triste et caressant
Ils prirent leurs courses légères
Au bruit du tonnerre en couroux
En disant

(PAUSE)

En disant cherchons notre perè
Le ciel aura pitié de nous
C'est dans cette foret profonde
Que nous avons perdu ses pas
Au dis—moi s'il passait du monde
Il nous retirerait d'embarras
Mais dans cette forêt mon frère
Si nous allions trouver les loups
Nous avons perdu notre perè
Le ciel aura pitié de nous
Je suis là mon frère il me semble
Qu'il faut se retrouver ici
As-tu froid au noir il tremble
Qu'il faudrait dormir ici
Ne pleure donc pas si fort mon frère
Le bon Dieu là-haut nous voit tous
Mais nous avons perdu notre père
Le ciel aura pitié de nous
En sanglotant sur les feuillages

Les deux enfants se sont assis
Et malgré le bruit et l'orage
Ils se sont pourtant endormi
Mais en demandant à leurs prieres
Se .... souffles si doux
Nous avons perdu notre père
Mon Dieu, prenez pitié de nous.

(END SINGING)


AG: That's a song I learned when I was quite young. My mother's song.

MP: You learned that one from your mother?

AG: Ya.

MP: What is for a special occasion.

AG: Non, she sang it and I wanted to learn it.

MP: Your mother sang a lot too?

AG: Ya, she knew a lot of songs. She didn't sing as much as l do. .... Once in a while she sing a song but... she used to sing those songs, at home.

MP: You were one of twelve kids? Do you all sing, everybody?

AG: Most of us, most of us knew how to sing you know. We enjoyed singing a lot and my brothers and sisters. They all could sing.

MP: Did any of them played instruments?

AG: No,...

MP: All singers.

AG: Ya.

MP: Did your father sing?

AG: My father could sing too.

MP: Ya?

AG: There was one of my brothers that ... he had a fiddle, he started to learn but he never played too much. I played, I played then an old organ. When we moved to
Vermont there was an old organ, it wasn't playing at all, my brother, he fixed it, he cleaned it all up and put it back, all the notes; after that, it was playing pretty
good...

MP: Wow.

AG: ... and I learned some, some cord myself, you know, I used to try to sit and play some song, you know. I managed to play a little bit, not that much. I learned some cords and my husband, he used to play fiddle and I played cords. We always had a piano; after we were married we always had a piano at home and he played the fiddle and I played the piano. I never could play very very very good. I didn't
practice enough.

MP: How many children, did you and your husband have?

AG: Fifteen.

MP: Fifteen? you had fifteen children? ... and do they sing?

AG: Most of them like to sing. They're not all living, four, lost four, I lost three when they were young, you know and my oldest daughter died, died of cancer. The others are
all in good health. They like to sing.

MP: Did any of your children picked up the fiddle like their
dad?

AG: One of my boys, Eddie, he plays the fiddle, he plays the guitar, he plays the piano. He was only three years old, he used to want to play the piano. I let him play along,
he could play some cord. At about six years old, he could accompany his father at the piano.

MP: Wow!

AG: lt was so cute. His father knew a lot of tune, he changed the tune... Y changeait sa tune et puis, y ayait des accords et y changeait les accords. Y avait une bonne oreille. He still plays, he earns his living playing.

MP: oh he does. Where does he live?

AG: He lives in Florida.

MP: Florida?

AG: Ya. He has a piano and all kind of music. He is a one man band. He plays alone but it sounds like a lot of people playing...

MP: Right.

AG: ...he makes pretty good money.

MP: Est-ce que vous avez des aut' chansons aujourd'hui?

AG: Oh j'pourais en chanter encore.

MP: Ça dépend si vous êtes pas trop fatiguée.

AG: Non, ca m'fatigue pas...

MP: Non?
AG: ... non. Ma voix est pas ben bonne mais ça m'fatigue pas.

MP: Ta voix, c'est parfait.

AG: C'est ma voix, ma voix faible, c'pas comme quand j'chantais ma voix était forte. J'pus capable de chanter d'même.


(BEGIN SINGING)

Dans un bosquet tout rempli de fraicheur
J'aurais voulu le regarder sans cesse
Quand je l'ai vu au milieu de ces fleurs
ll m'a paru beau comme dans un rêve
Mais des guirlandes tressant ces beaux cheveux
Mais dans ses mains quelques fleurs demi-closes
C'était un ange descendu des cieux sous les roses
C'était un ange descendu des cieux sous les roses
Hier encore, il vint auprès de moi
En me disant de sa voix si charmante
Je veux t'aimer de toi j'ai fait le choix
Et je sentis ses lèvres frémissantes
Baiser mon front brulant depuis ce jour
La gaite vient sur ma bouche une rose
Et nous avions abrité nos amours sous les roses
Et nous avions abrité nos amours sous les roses
Mais il tut jaloux de mon bonheur,
ll m'enleva mon bien cher aimé
Me laissant seule, seule avec ma dopleur
N'ayant plus rien de mon cher adoré
ll est parti maintenant il est mort
Et pour toujours au ciel il repose
Pourquoi vivrais—je maintenant Puisqu'il dort sous les roses
Pourquoi vivrais-je maintenant Puisqu'il dort sous les roses

(END SINGING)


AG: J'ai d'la misère à remonter.

MP: You have a wide range in that song. C'est dur a chanter celle—la.

AG: Ca lait, 1, 2, 3, 4, b, 6, 7, 8, 9,10, 11, 12, 13, 14, l5, 16 chansons...

MP: Juste aujourd'hui? Wow!

AG: Y a-t-il d'la place encore?

MP: Un p'tit peu. Pas trop mais on n'a encore un pen.

AG: J'vais essayer d'en trouver d'autre. J'ai-tu chanter celui, le marchand de blé.

MP: d'pense pas. Aujourd'hui?

AG: Ouais, y me semble que j'l'avais écrit, j'me semble que j'l'avais écrit. Je l'ai chantél j'l'ai marqué que je l'ai chanté. J'vais en chanter une aut'.


(BEGIN SINGING)

Lison était gentille et sage
Ne connaissant rien de l'amour
Mais à la fête du village
Son coeur parla par un beau jour
Un soir en dansant à la fete
Pres des chevaux de bois
Un garcon lui tourna la tete
Lui disant à demi-voix
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
J'aurai des baisers des caresses
Qui te rendront folle d'amour
Mon coeur tient tout bas la promesse
De t'aimer toujours
Tous deux dès le soir éphémère
Deux mois de bonheur et d'amour
Mais les doux baisers s'envolèrent
Et Jean paru plus un beau jour
Et quand revint encore la fête
Lison un tas de refrains
Qui chantait tout bas dans sa tête
Lui disant rappellant son chagrin
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
Déjà ses baisers des caresses
T'avais rendu folle d'amour
Mon coeur croyait à sa promesse
De t'aimer toujours
De loin son vieux père l'appelle
Quelqu'un il a dans la maison
C'est Jean qui vient encore chez elle
Demander la main de Lison
Tous deux ils s'en vont à la danse
Valser gaiement comme autrefois
Et Jean en suivant la cadence
Dit encore à demi-voix
Au son de la valse légère
Qui vient doucement nous charmer
Lison ne soit pas trop sévère
Laisse-moi t'aimer
J'aurai des baisers des caresses
Qui te rendront folle d'amour
Mon coeur a tenu la promesse
De t'aimer toujours

(END SINGING)

[END CASSETTE SIDE B]
[END RECORDING]

Original Format

sound cassette (analog)

Citation

“TC1998-1072 -- Interview with Alberta Gagné,” Vermont Folklife Center Digital Collections, accessed September 30, 2014, http://www.vermontfolklifecenter.org/digital-archive/collections/items/show/29.